Orgue de Sixt Fer à Cheval



Orgue de l'église Sainte Marie Madeleine de Sixt fer à Cheval en Haute Savoie.

1 Clavier en basses et dessus

Pédal : Subass 16

Manual : Principal 8 - Bordun 8 - Octav 4 - Gedeckt 4 - Octavlein 2 - Mixtur 1'1/3 II-III - Regal 8

P + I - Nachtigall - Zimbelstern  

Diapason: 440 Hz - Tempérament : Werckmeister III

Etude technique et harmonisation : Franck Bistocchi

Buffet, sculptures : Cyril Voisin, menuisier, organiste.

Orgue de 8 jeux en basses et dessus

Manuel : principal 8, Bordun 8, Octav 4, Gedeckt 4, Octavlein 2, Mixtur 1'1/3, Regal

Pedal : Subass 16


BUFFET : Il s’agit d’un orgue d’inspiration allemande tant par sa composition instrumentale que son esthétique visuelle.

Le buffet respecte en tous points les proportions du nombre d’or. Le propos n'est pas celui de vouloir quantifier le beau, ce qui serait une aberration ; le but de cette approche est de vouloir retrouver un équilibre entre l'image inconsciente d'une perfection arithmétique et sa représentation matérielle. Pour cela, le tracé obéit aux grandes règles de la proportion mathématique. On peut trouver ce rapport de 1.6 entre la hauteur de la tourelle centrale ou tiers point et la hauteur des plates faces, entre la largeur des plates faces et leur hauteur, entre la largeur totale du buffet et sa hauteur.

La tourelle en tiers point reprend les canons classiques des buffets germaniques du XVIIeme siècle. On peut y voir la symbolique de la Trinité dans le triangle qu'elle dessine; la pointe externe est soulignée par la présence d'une étoile, symbole de l'Esprit.

Le traitement du bois naturel obéit à la grande règle des fustiers français de cette époque. En effet, si les Allemands les Hollandais ou les Flamands aimaient à peindre les buffets de faux marbre et autre trompe l'œil, les Français préféraient le naturel et l'authenticité des bois de pays;  il faut noter aussi, que le majeure partie des bois du nord de l'Europe était des résineux ou des bois d'eau, que l'on considérait trop ordinaires pour orner les tribunes des édifices sacrés. Il a été donc décidé d'utiliser des bois du pays et de montrer la beauté naturelle de ces matériaux.

L’orgue est pourvu de deux volets à la double fonction : une fonction de projection acoustique et une fonction esthétique et symbolique.

ACOUSTIQUE : On notera la position en fond de tribune de l'instrument; cette disposition engendre un léger confinement de l'émission sonore; pour palier à cet inconvénient, il a été décidé de doter le buffet de 2 volets; l'angle d'ouverture joue le rôle de porte voix, projetant le son dans la nef sans avoir à outrer l'harmonie.

Esthétique et symbolique. L'œil ne peut ignorer les 2 grandes masses encadrant la façade; il était donc nécessaire d'orner ces pièces afin de contenter l'équilibre visuel. Les tableaux représentés, sont des copies de tableaux de 1620, peints par Simon Vouet. Simon Vouet séjourna de longues années en Italie ou il fut influencé par l'art du Caravage. C'est durant cette période qu'il peignit les 2 tableaux ici reproduits.  Simon Vouet avait le goût des compositions amples, des perspectives théâtrales, des attitudes déclamatoires, des poses recherchées et des couleurs brillantes.

Le volet de gauche représente la Ste Cène et le volet de droite la Crucifixion . Le choix de ces œuvres a été dicté par la haute portée symbolique de ces deux scènes. En effet, l'église est le lieu sacré ou sera, jusqu'à la fin des temps, célébrer le mémorial du dernier repas. Il parait donc obligatoire de le rappeler aux hommes de passage dans cette église. Le volet de droite, représente la Crucifixion, pivot central de la religion catholique en ce sens que l'amour du Christ pour l'humanité, l'a conduit à la plus grande preuve d'amour, le sacrifice de soi. Entre ces deux instants figés sur la toile, s'interposent les tuyaux de l'orgue, qui produisent l'art le plus immatériel: la musique, sitôt déclamée, sitôt appartenant au passé. C'est cette forme de présent sans cesse en mouvement, qui symbolise parfaitement l'humanité en marche, d'une réalité terrestre à la réalité céleste. Les panneaux portent en lettres d’or le millésime de la bénédiction de l’instrument.


HARMONISATION : L’orgue est doté de 8 jeux pour un nombre total de 600 tuyaux environ. L’harmonisation a été traitée dans le souci de l’interprétation optimale de la musique éminemment polymélodique de Bach et de ses maîtres. La pyramide des principaux suit la règle des canons baroques de proportion d’ut en ut. Cette proportion des diamètres se retrouve dans les orgues du XVIIeme. Si cette proportion obéit elle aussi à des règles d'or, elles n'en demeure pas moins le fruit de l'expérience des facteurs en leur temps. La largeur des bouches, au 1/4 de la circonférence des tuyaux, confère à l'harmonie, une riche émission sonore ; les biseaux ont été traités sans dents, les bouches plutôt hautes.

Ces caractéristiques mécaniques des tuyaux, engendrent un son plein, riche en fondamental et riche en transitoires. Les sons transitoires sont émis par le brisement de la lame d'air sortant de la lumière des tuyaux. Cette lame d'air est traitée en lui conservant juste ce qu'il faut de "bruit" afin de colorer l'attaque de chaque tuyau; les biseaux dirigent cette lame plutôt vers l'extérieur pour les principaux et vers l'intérieur pour les flûtes et bourdons. Les tuyaux sont coupés au ton et les pieds sont bien ouverts, sans aller cependant jusqu'au "plenaria" à l'italienne.

L'harmonie générale est fixée en fonction du répertoire allemand ; la basse est plutôt ample, le baryton reste discret puis l'intensité croit de la taille au dessus. Cette non linéarité de l'harmonie, avantage la clarté polymélodique que l'on rencontre dans la musique allemande et surtout chez Bach, permettant une grande compréhension des réponses fuguées.

Le Bordun est en épicéa, à bouches étroites, particulièrement indiqué pour l’accompagnement d’un chœur. L'étroitesse des bouches eu égard à la profondeur du tuyau, permet l'émission calme du 3eme harmonique; les biseaux de bois confèrent une attaque particulièrement délicate et présente, assurant une bon rendu de la ligne mélodique. La Mixtur a été traitée avec peu de reprises conférant une couleur argentine au plein jeu. Elle commence avec 2 rangs 1'1/3 + 1'. Les tuyaux en sont étroits et timbrés à bouches hautes. De la basse à la taille, les 2 rangs ont été traités avec force afin de dessiner la pédale en tirasse; le reste du jeu ne possède pas de reprises avant le soprano, afin d'abaisser le plafond acoustique; ce traitement permet d'obtenir une Mixtur brillante avec peu de rangs.

Le jeu de Régal entièrement fabriqué par Cyril Voisin est en mélèze de Vallorcine coupé à l’époque par Pierrot Richard. Les rigoles sont en laiton les languettes en laiton écroui. Les résonateurs ont une longueur d'1 pied au 3eme do#.

L’orgue est pourvu de deux accessoires baroques : la Zimbelstern :  ou étoile à cloches ; et le Nachtigall : imitation du chant du rossignol. Ces accessoires sont très antiques puisqu'on les trouve des le XV eme siècle. Ils sont particulièrement indiqués pour les pièces joyeuses et festives comme durant le temps de Noël ou de Pâques.

Le tempérament de l'orgue est basé sur la répartition du comma pythagoricien; il a été ici divisé par 4; il s'en suit 2 suites de quintes pures. Ce tempérament, a été bâti par  Andréas Werckmeister vers 1691; Werckmeister était un musicien organiste et mathématicien ami et confrère de D.Buxtehude. Ce type de tempérament, est particulièrement indiqué pour la musique de Bach car les intervalles purs procédant par quintes, confèrent une très belle couleur aux lignes mélodiques, plus les tonalités contiennent de bémols, plus les harmonies seront chaudes et pleines.

Restauration. De l'orgue de 1855 remanié en 1960, n'ont été récupérées que peu de pièces. Toutefois, le sommier, fabriqué dans les règles de l'art en bois massif, à registres coulissants a été entièrement révisé et conservé. Le soufflet à charge flottante a été aussi conservé.

Les basses de bois en 8 et 16 ont été entièrement restaurées par C.Voisin et remises en place après harmonisation.

La console est neuve en frêne olivier; le clavier est plaqué de chêne noirci, les feintes sont en  chêne naturel. Les pommeaux de registres sont en chêne.


Concert inaugural du 30 septembre 2012 par Vincent Warnier, titulaire des orgues de St. Etienne Du mont à Paris...


  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25